L’eau est la source de toutes les formes de vie de cette planète. Elle a la capacité de recevoir et d’enregistrer l’empreinte de toute expérience extérieure, mémorisant tout ce qui se passe dans son environnement proche. L’eau aurait une mémoire et toute substance qui entre en contact avec l’eau y laisse donc une trace.

Mais ce n’est pas tant sa composition chimique qui importe mais plutôt la structure de ses molécules, qui s’agencerait en fonction de son environnement.

« L’eau est la force motrice de toute la nature. » Léonard de Vinci

Le docteur Masaru Emoto a fait émerger une méthode innovante pour saisir la physionomie de l’eau. Il a soumis l’eau à des émotions, des mots, des sons.

Comme il n’y a pas deux flocons de neige identiques, il s’est intéressé à l’étude des cristaux d’eau gelée. Certaines des eaux gelées ne montraient aucune formation cristalline, comme par exemple l’eau du robinet des grandes villes japonaises, alors que d’autres types d’eau produisaient de magnifiques cristaux.

Il va alors photographier ces cristaux d’eau congelée. Pour ce faire, des échantillons d’eau sont mis au congélateur à -25°, puis observés au microscope à -5°. Le cristal se met à croître et à s’étendre lorsque sa température augmente, durant 10 secondes environ, avant de retourner à l’état liquide. Il constate que, contrairement à l’eau du robinet, l’eau de source produit une variété de magnifiques structures cristallines.

Mais qu’est-ce qu’un cristal? Tout ce qui existe vibre, la vibration étant une énergie. Il pense que c’est par l’eau que se transmettent les vibrations. Les cristaux hexagonaux représentent la force de vie de Mère Nature. En conséquence, l’absence de cristaux hexagonaux peut être interprété selon lui comme un signe que les forces de vie ont été corrompues au niveau énergétique à un endroit donné.

La musique est une vibration. Si nous exposons de l’eau à la musique, sa structure cristalline changera, formant et transformant ses cristaux au gré de la musique. La musique avant d’être un art est aussi une forme de thérapie. La nature humaine a toujours créé la musique pour réajuster les vibrations distordues. C’est là le pouvoir curatif de celle-ci. La musique ramène nos vibrations à leurs états intrinsèques.

Les mots aussi retiennent une information vibratoire. Lorsqu’on expose des mots négatifs ou positifs à l’eau, les cristaux sont différents. De beaux mots se manifestant par de beaux cristaux.

Qu’en est-il alors de nos pensées? S’en est alors suivi l’expérience de projeter nos pensées à l’eau. En réponse aux paroles et aux pensées, l’eau du robinet de Tokyo, généralement en absence totale de cristaux, produit un magnifique cristal équilibré. Nos pensées pourraient-elles donc affecter l’eau? L’eau semble pouvoir agir comme un miroir pouvant réfléchir nos pensées. Elle aurait la capacité de nous montrer ce que l’on ne peut pas voir. Comme si le cristal était le reflet de nos propres émotions.

Donc, dans certains cas, l’eau produit de magnifiques cristaux hexagonaux alors que dans d’autres, pas du tout ou alors déformés. Il croit donc que Mère Nature est à la racine de tout. Tout ce qui est en accord avec Mère nature se manifeste par une magnifique structure hexagonale. Tout ce qui ne l’est pas n’en fait pas. Il est donc de notre devoir de maintenir notre environnement propre.

L’eau saine et propre crée des cristaux géométriques admirables, alors que l’eau polluée est trop malade pour former un quelconque cristal.

Cette découverte montre que les molécules d’eau peuvent subir l’influence de nos pensées, de nos paroles et de nos sentiments. La structure géométrique des cristaux d’eau formés par le gel diffère en fonction des informations qui émanent de leur environnement.

Et c’est la même eau qui coule dans notre corps. L’homme étant constitué de 70% d’eau,  imaginons alors l’impact que ceci peut avoir sur nous. Cela veut dire de manière ultime que ce que nous pensons crée notre réalité, pas seulement de manière émotionnelle mais aussi physiquement.

Faut-il alors boire l’eau du robinet ou l’eau en bouteille? On croit être préservés en buvant de l’eau en bouteille. Mais l’eau que l’on boit dans des bouteilles en plastique mémorise probablement les perturbateurs endocriniens qui sont dans le plastique : il faudrait donc que l’on retourne à une eau en bouteille en verre ou que l’on installe des outils performants pour que l’eau du robinet soit de qualité.

A ce sujet, le logo du chiffre dans un triangle sous vos bouteilles d’eau a une signification très importante puisqu’il correspond aux produits chimiques qui ont été utilisés pour fabriquer le plastique de votre bouteille. Il importe de reconnaître les plastiques pour protéger sa santé.

L’impact du recyclage de toutes ces bouteilles plastiques est aussi à prendre en compte. Des enseignes comme Biocoop par exemple ont fait le choix de ne plus vendre aucune bouteille en plastique depuis Janvier 2017, ce qui est une première dans le monde de la distribution. Cela reste un commerce très polluant et une véritable prise de conscience environnementale est devenue nécessaire.
Daniel Argelas dans son ouvrage « L’eau de vie » développe toutes les capacités de l’eau à assainir l’extérieur et ­l’intérieur du corps, à régénérer les cellules, en rapport ­également avec la Loi des 5 éléments. C’est un livre de naturopathie qui aborde tous les aspects guérisseurs et thérapeutiques de l’eau. Elle draine, apaise, tonifie. Elle accepte toutes les associations pour nous permettre de retrouver la santé. Elle est un vecteur universel. Elle s’offre à nous sous toutes les formes, solides, liquides, gazeuses pour agir dans les moindres recoins de notre organisme. Elle est une thérapie ­incontournable. Elle peut nous sauver ! L’auteur nous entraîne à la source afin de voir, penser et ­considérer l’eau autrement. Il s’associe modestement aux cris de détresses lancés face à la dégradation de la planète bleue. Il crée, avec des images simples, des comparaisons entre l’eau de la planète et celle du corps humain.

Autres liens intéressants à consulter :

Travail Photographique de Rose-Lynn Fisher qui analyse les larmes humaines au microscope.

L'EAU DE VIE

Daniel Argelas